Mettons un peu de poésie dans nos villes

 

Et si on mettait un peu de poésie dans nos villes ! Saviez-vous qu’une ville peut être labellisée “ville ou village en poésie” ? 

 

Tout d’abord, un peu d’histoire… En 1989, Michel Butor, poète, romancier et enseignant, s’installe à Lucinges. C’est entre 1989 et 2016, qu’il écrit de nombreux textes et plusieurs centaines de poèmes depuis sa maison dénommée à l’Ecart.

Suite à son arrivée et à son contact, de nombreux événements littéraires et poétiques vont voir le jour. C’est ainsi que Michel Butor poétise sa ville… Classe non ?

1. L'appellation "ville et village en poésie", c'est quoi ?

L’appellation “ville et village en poésie” c’est une appellation attribuée à toute commune donnant une grande place à la poésie aussi bien dans sa politique culturelle que dans la vie locale de ses citoyens.

Créé par le Printemps des poètes et la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC), le label récompense les villes qui donnent ainsi fièrement à leur vie culturelle, les couleurs de la mélodie des mots.

Pour cela, elles doivent avoir un réel engagement de durabilité autour de cette politique en apportant notamment des initiatives poétiques pérennes. Par exemple, des initiatives qui inscrivent la poésie dans l’espace public, comme des rues ou établissements baptisés de nom de poètes ou encore des affichages poétiques. A noter, les initiatives doivent le plus souvent être accessibles à tous et transgénérationnelles.

2. La charte des 15 critères

Toutes les communes peuvent candidater au label “ville ou village en poésie”. 

Plus formellement, pour qu’une commune soit labellisée il faut qu’elle réponde à au moins cinq critères parmi une liste de quinze 📑.

En voici sept pour exemple :

1. Participer au Printemps des poètes par l’organisation de manifestations pendant la quinzaine festive de mars: lectures, spectacles, animations poétiques, affichage dans la ville ou le village….

 

2. Créer une Maison de la poésie, structure pérenne chargée de piloter un programme d’événements à destination du grand public, des bibliothèques et des établissements scolaires.

 

3. Donner des noms de poètes à des rues, des lotissements, des bâtiments publics (bibliothèque, centre culturel…) et profiter de l’inauguration pour initier des lectures publiques.

 

4. Favoriser la pose d’un affichage de poésie pérenne dans divers endroits de la ville ou du village (ex: plaques de plexiglass sur lesquelles sont gravés des poèmes à Saumur).

 

5. Créer un promenoir poétique dans un jardin public comportant des stations poétiques (exemples: poèmes gravés sur des plaques, totems, cairns, bancs poétiques avec casques audio faisant entendre des poèmes dits par des comédiens…). Ces parcours poétiques peuvent s’adapter à d’autres lieux (musée, châteaux…).

 

6. Favoriser l’émergence de projets poétiques dans les établissements scolaires (invitations de poètes à l’école, brigades d’intervention poétique …) par une aide financière spécifique.

 

7. Initier une résidence de poète avec une bibliothèque, un établissement scolaire, un centre culturel…

 

 

Retrouvez la liste complète des 15 critères ici ▶ https://www.maire-info.com/culture/label-ville-en-poesie-ou-village-en-poesie

3. Un logo distinctif

Une fois la ville labellisée, elle dispose d’un logo spécifique, créé par Ernest Pignon-Ernest. Toutes et tous peuvent ainsi l’afficher fièrement, pour porter bien haut les couleurs de la poésie.

 

▶ Allez, pour finir et pour le plaisir… On vous laisse en poésie, avec un petit poème d’Anna de Noailles :

 

La cité natale

Heureux qui dans sa ville, hôte de sa maison,

Dès le matin joyeux et doré de la vie

Goûte aux mêmes endroits le retour des saisons

Et voit ses matinées d’un calme soir suivies.

Fidèles et naïfs comme de beaux pigeons

La lune et le soleil viennent sur sa demeure,

Et, pareille au rosier qui s’accroît de bourgeons,

Sa vie douce fleurit aux rayons de chaque heure.

Il va, nouant entre eux les surgeons du destin,

Mêlant l’âpre ramure et les plus tôt venues,

Et son coeur ordonné est comme son jardin

Plein de nouvelles fleurs sur l’écorce chenue.

Heureux celui qui sait goûter l’ombre et l’amour,

De l’ardente cité à ses coteaux fertiles,

Et qui peut, dans la suite innombrable des jours,

Désaltérer son rêve au fleuve de sa ville…

 

 

Sources : 

https://www.printempsdespoetes.com/Villes-et-villages-en-poesie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Petit zoom sur l’éco-quartier 🌻

Connaissiez-vous la démarche éco-quartier ? Lancée en 2019, cette démarche à pour but de mettre en place des quartiers durables. Des quartiers durables ? On explique rapidement le concept.

1. Qu'est ce que l'éco-quartier ?

Dans un éco-quartier tout est pensé et organisé de façon à ce que l’empreinte écologique de la ville soit la plus faible possible. En bref, les écoquartiers sont des quartiers qui visent à réduire leur consommation de ressources non renouvelables. Ils répondent à des exigences environnementales élevées, que ce soit en termes d’énergie, de matériaux, de gestion des eaux ou de biodiversité. La mise en place d’un éco-quartier est complexe et demande une intervention politique, entrepreneuriale et citoyenne. Tous doivent s’associer pour servir cette démarche et ainsi vivre dans un modèle de ville durable et à faible impact écologique.

Pour reprendre, un écoquartier c’est une association de différents enjeux environnementaux dans le but de réduire l’empreinte écologique, dans ces enjeux nous retrouvons : 

 

  • La réduction des consommations énergétiques : les bâtiments, notamment, répondent à des exigences très strictes avec des consommations au mètre carré aussi faibles que possible. Les écoquartiers remarquables recourent tous aux énergies renouvelables (solaire, le plus souvent).

 

  • Une meilleure gestion des déplacements avec limitation de la voiture et incitation à l’utilisation de transports doux (transports en commun, vélo, marche) : les écoquartiers favorisent l’usage du vélo grâce à des pistes cyclables, la présence de parking à vélo sécurisé, des voies piétonnes permettent de circuler en toute sécurité, des arrêts de bus parcourent le quartier, etc. Cette limitation de l’automobile peut même aller jusqu’à son interdiction totale, comme dans le cas des quartiers “Carfree, mais dans tous les cas elle implique au moins une réflexion sur l’offre de stationnement automobile.

 

  • La réduction des consommations d’eau : les eaux pluviales sont récupérées et utilisées pour arroser les espaces verts, nettoyer la voie publique ou alimenter l’eau des toilettes.

 

  • La limitation de la production de déchets : la collecte sélective des déchets est de rigueur, mais les déchets verts peuvent également être facilement compostés grâce à des emplacements prévus à cet effet – le compost pouvant ensuite être utilisé pour les jardins et espaces verts.

 

  • La favorisation de la biodiversité : suivant les écoquartiers, des mesures peuvent être prises ou encouragées pour permettre à une flore et une faune locale de s’épanouir.

  • Les matériaux de construction utilisés et les chantiers peuvent faire l’objet d’une attention particulière (écomatériaux, meilleure gestion des déchets de chantier, réutilisation d’éléments dans le cadre d’une réhabilitation…). 

2. Le label et son référentiel

Le label « ÉcoQuartier » est une charte contenant 20 engagements répartis en quatre parties :

« Démarche et processus », « Cadre de vie et usagers », « Développement territorial » & « Environnement et climat ». (voir image ci-dessous) 

La labellisation comporte quatre étapes correspondant aux différents stades du projet. 

  • Étape 1 : obtenu par la signature de la charte « ÉcoQuartier »

  • Étape 2 : engagement du chantier. Le label écoquartier  « étape 2 » est délivré par la Commission nationale ÉcoQuartier après expertise.

  • Étape 3 : livraison de l’ÉcoQuartier, label obtenu après ici aussi expertise

  • Étape 4 : confirmation de l’ÉcoQuartier, créé en 2017, permet de mesurer la tenue des engagements dans le temps, après 3 ans de vie dans le quartier.

image : ecoquartiers.logement.gouv.fr

3. Se former à l'aménagement durable

Saviez-vous également que des formations sont mises en place par le gouvernement ? Elles se structurent autour du référentiel ÉcoQuartier. Elles sont complètement gratuites et se font en plusieurs modules. Elles permettent de connaître et de répondre aux attentes des acteurs de l’aménagement durable, collectivités, services de l’État et partenaires. On retrouve des formations comme “Impulser la participation citoyenne dans un projet d’aménagement durable” ou encore “Montage économique des opérations d’aménagement durable”.

 

Plus d’infos ici sur les formations ici : http://www.ecoquartiers.logement.gouv.fr/formations/

 
 
Sources :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

4 petites actions pas trop chiantes à faire pour être plus écolo au quotidien ! 🌱

Proximapp
Article de blog photo 4

 

 

Saviez-vous que, la quantité totale de déchets plastiques dans la mer est estimée à 86 millions de tonnes ? Que plus d’1 million d’oiseaux meurent chaque année à cause des déchets en plastique ?  Qu’il est responsable de l’émission de 400 millions de tonnes de CO2 ?  Selon le WWF, les humains ingèrent chaque jour des microplastiques en quantité non négligeable. Il est question d’environ 5 grammes par semaine, soit une vingtaine de kilogrammes sur toute une vie. Bref, il est plus que temps d’agir pour notre planète qui souffre chaque jour de plus en plus.

1. Ne rien jeter par terre

On s’est déjà tous baladés dans sa ville ou dans son quartier en apercevant par terre des déchets comme des cigarettes, des mouchoirs, des bouteilles en plastique, des canettes ou encore pire des masques usagés 🤢. Des déchets que l’on retrouve tous les jours et qui polluent autant notre nature de l’intérieur que de l’extérieur. Pour certains, le désir de se débarrasser de ce qui les encombrent est si fort qu’ils jettent instinctivement leurs déchets dans la nature. Or cette pratique est complètement destructrice pour notre planète. Pour vous en rendre compte, sachez qu’une simple bouteille en plastique met entre 100 à 1000 ans pour se “dégrader” dans la nature ! En plus de nuire à notre planète, cette pratique nuit aux Hommes puisque ces déchets finissent par polluer l’eau du robinet que nous buvons, les sols que nous cultivons, etc. Et ainsi provoquer des effets désastreux sur notre santé. Pour toutes ces raisons, ayez le réflexe de toujours jeter vos déchets dans une poubelle que vous trouverez généralement à proximité 🚮. Si le cas échéant vous n’en trouvez pas, gardez vos déchets sur vous et débarrassez-vous en le moment venu, quand vous trouverez enfin une poubelle à proximité. Adopter ces petits réflexes est très important pour éviter de surenchérir la pollution déjà bien présente dans nos villes.

 

2. Utiliser les transports en commun ou les véhicules non polluants

Plus de la moitié des émissions de CO2 d’un français est due à l’usage des transports et 79% de ces émissions est causée par l’usage des véhicules individuels seuls… 

Bref, on va pas se mentir, la voiture c’est bien mais purée qu’est ce que ca encrasse les poumons de notre planète terre.

Le mieux quand on peut, c’est de se déplacer en vélo ou marcher à pied dans le cas de petites distances. Parce qu’ on connait tous cette personne qui va acheter son pain en voiture 🙄

Si vous habitez en ville, empruntez plutôt les transports en commun. Les transports en commun, c’est beaucoup moins polluant que la voiture. En moyenne, ils ont une empreinte carbone comprise entre 20 et 45 g de CO2 par km et par passager.  Soit quinze fois moins polluantes qu’une voiture circulant en ville !

Par ailleurs, saviez-vous que les frais de transport peuvent être pris en charge à 50 % par votre employeur ? Et depuis le 13 février 2016, les entreprises ont même la possibilité de prendre en charge tout ou partie des frais engagés par le salarié pour ses déplacements à vélo ou à vélo à assistance électrique. 

Pour finir, pensez à la Prime à la conversion mise en place par l’État du 3 août 2020 au 30 juin 2021 inclus. Et au bonus écologique pour tout français qui souhaitent acquérir ou louer un véhicule peu polluant. Le montant du bonus est de 1 000 € pour l’acquisition (ou la location de longue durée) d’un véhicule électrique d’occasion (avec un taux d’émission de CO2 de 20 g/km au maximum). Des aides mises en place par l’État et qui peuvent être intéressantes à combiner.

 

3. Consommer local, de saison et pour les plus motivés, en vrac !

En quoi consommer local et de saison réduit la pollution ? En consommant les produits cultivés près de chez soi et de saison, on réduit les distances et donc les impacts négatifs du transport sur l’environnement. En plus, pour arriver jusqu’à notre assiette, les produits locaux n’ont pas besoin d’être suremballés, ce qui limite leur impact environnemental. Par exemple, dans des paniers de fermiers ou dans les marchés, les emballages sont réduits 🥑🥬 !  Finis les plastiques polluants ! Une bonne chose lorsque l’on sait qu’en aujourd’hui en France 55% des emballages mis sur le marché en France sont en plastique.

Aussi, préférez les produits locaux bio, ils garantissent un mode de production plus respectueux de l’environnement, sans pesticide, herbicide, insecticide, fongicide, ou engrais chimique !

Enfin, Acheter en vrac ! Cela évite la production de déchets d’emballage ! En effet, on apporte son petit sac réutilisable (évidemment) ou tote bag en magasin et on prend ce dont on a besoin en exacte quantité nécessaire ! 

Petite astuce pour les produits de beauté ! On vous conseille le solide (shampoing gel douche, déodorant dentifrice) mais attention il faut être regardant sur la  composition car ils peuvent pour certains être désastreux niveau biodégradabilité !  Quoiqu’il en soit, économique, vous en aurez pour votre argent. Les produits de beauté solides durent jusqu’à trois à quatre fois plus longtemps qu’un produit liquide ! 🙂

 

4. Acheter du matériel réutilisable, recyclable ou biodégradable

Le rapport du WWF indique que la plus grande source d’ingestion de plastique provient de l’eau en bouteille, mais aussi de celle du robinet. Les plus hauts taux de plastique au niveau des produits alimentaires concernent les crustacés, le sel ainsi que la bière. 

Donc non seulement le plastique pollue la planète mais il est aussi ingéré en quantité par les animaux et l’Homme.

Une des meilleures choses que nous puissions faire pour lutter contre cela est de réduire nos achats à l’égard de tout ce qui est à usage unique ! 

En effet, nous utilisons tous des petites choses ancrées dans notre quotidien et utilisées de manière répétitive voir abusive, ce qui est très nocif pour l’environnement. Évitez ainsi de les acheter avec des matériaux polluants tels que le plastique et préférez plutôt les acheter dans des formats respectueux de l’environnement et réutilisables, voire dans le meilleur des cas biodégradable.

Du coup voici une petite liste de courses des matériaux réutilisables plus cool pour l’environnement et qui permettra d’alléger nos déchets du quotidien :

 

  • Des sacs réutilisables

  • Hors de ma vue les gobelets en plastique une tasse à café lavable (parce que le café et le thé on se sait hein…)

  • Des conteneurs réutilisables pour des achats sans emballage (les achats en vrac par exemple)

  • Des brosses à dents en bois biodégradable

  • Gourde en acier inoxydable (Next les bouteilles en plastique)

  • Des cotons démaquillants réutilisables

  • Des paille en inox

  • Coton tige biodégradable

  • Essuie-tout lavable

  • Des produits d’hygiène solides et avec une bonne biodégradabilité (comme vu plus haut)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Et si on préparait les petites sorties “feel good” pour cet été à faire dans sa ville

Image billard pour parler de l'article 3
Un homme qui fait du billard

 

Il est temps de lâcher prise et d’enfin tourner  la page du second confinement ! Pour l’occasion on laisse entrer le soleil et on met sa plus belle paire de lunettes de soleil. Il est temps de préparer un été qui s’annonce disons-le, plus que libérateur ! Alors pour fêter son arrivée et surtout la fin du confinement. On vous donne 4 idées de sorties à faire dans votre ville, chill et sans chichis 😎

1. D'abord, on se requinque !

Au vu du contexte, les derniers événements ont créé chez nous de nombreux ressentis. Et malheureusement en majorité négatifs. Il est donc important de prendre soin de soi et de se départir de toutes ces émotions et énergies négatives. C’est pourquoi, pour vos premières petites escapades en ville, on vous conseille de vous privilégier. Faites des sorties qui feront du bien à votre vous intérieur et extérieur. On n’a pas de recette magique certes, mais on peut vous donner deux ou trois conseils.

Premièrement, commencez par une bonne séance de sport pour vous vider l’esprit. Douce ou intensive qu’importe ! Le but étant de sortir de votre tête tous les tracas accumulés du quotidien. Ensuite, pourquoi pas enchaîner avec un rendez-vous au spa pour un sauna ou un massage. Cela sera pour vous le moment de détente par excellence qui va permettre de dénouer tous vos nœuds de stress, et ça on adore. Hop un petit passage chez le coiffeur pour se refaire une petite beauté capillaire (car on le sait que pendant ces confinements vos cheveux en ont pris pour leur grade). Enfin, finissez avec une petite séance de shopping qui vous fera le plus grand bien. Psst, n’oubliez surtout pas votre petite paire de lunettes de soleil, hein.

 

2. On se fait un petit pique nique ?

Vous trouvez ça kitsch ? Les piques niques n’ont jamais été aussi à la mode ! Mais si ! Le pique nique c’est le repas bohème qui nous permet de profiter des plaisirs simples que la nature nous offre. Une jolie vue dans votre ville et de la nourriture, oui de la bonne nourriture surtout ! N’hésitez pas à en faire des caisses ! Ruban dans les cheveux pour vous mesdames, chapeaux de paille pour vous messieurs, nappe blanche au sol et un bouquet de fleurs. Et si possible, fraîchement cueilli sur le chemin, le bouquet ! 😆 Parce qu’ un pique nique réussi c’est aussi une bonne ambiance !

3. Pensez aux jeux !

Vous souhaitez retrouver une bonne dynamique dans votre bande de potes ? Quoi de mieux que de faire appel à votre esprit de compétitivité pour renouer les liens qui vous unissent. Le meilleur moyen pour redécouvrir tous les petits défauts de vos amis. Ce qui va peut être même vous faire relativiser les confinements passés ! Pour ce faire, optez pour des jeux comme un escape game de type Cluedo ou une partie de bowling ou de billard dans les endroits dédiés de votre ville. C’est simple vous n’avez qu’à réserver et c’est parti !

Souvenez-vous, il y aura généralement toujours un mauvais perdant. Vous savez, celui qui criera outré à la triche pour justifier ses mauvais scores. Il est persuadé qu’un complot a été monté contre lui. De toute façon si ceci ou cela n’avait pas eu lieu (selon ses dires) il aurait sans doute gagné. Ensuite il y a le premier… le déprimant. On le sait, vous y allez a chaque fois juste avec l’espoir exacerbé de le battre cette fois-ci !  Mais en vain… Cessez donc de vous faire du mal ! Il est imbattable. Enfin, il y a toujours un pote qui est là mais on ne sait pas pourquoi. A aucun moment il n’a joué, lui. Il s’est juste contenté de commenter méticuleusement tous les joueurs un par un. En plus, généralement quand il joue celui-là, il devient mauvais perdant. 😒 Alala… Que de jolis moments en perspective non ? Certes, vos amis ont des défauts mais c’est les meilleurs ! Et ce qui est sûr, c’est que vous ne l’échangeriez pour rien au monde, votre bande de potes !

4. Grand classique good vibes : Le karaoké

Vous avez encore des préjugés sur le karaoké ? Que nenni ! C’est LA sortie good vibes qui vous fera tout oublier. Mettez vous sur la bonne fréquence, c’est tout ! 🙌 Celle qui vous permettra de vous lâcher sur le dance floor  pour devenir une Mariah Carey déchaînée ou un Freddy Mercury le temps d’une chanson, comme disait Gainsbourg (Oui on est déjà dans l’ambiance nous). Alors on fait ses vocalises et on se lâche sur la piste du karaoké . Être la star d’un soir ça fait rêver tout le monde non ? Quoi ? Non, vous dites !? Allez, arrêtez bande de rabats-joie, sortez vos balais.. (Pour pousser la chansonnette évidemment), ça va déménager

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Comment le digital à aidé les commerces de proximité pendant le confinement ?

image mise en avant article 2
Image pour l'article 2 du blog

 

L’année 2020 à été particulièrement sombre pour les commerces de proximité. Avec la mise en place du confinement, ces derniers ont été fortement touchés par la crise sanitaire. Ils ont perdu près de 30 % de leurs ventes habituelles. La manière de consommer des français a également été bouleversée. Privés de la plupart de leurs commerces de quartier, il a fallu trouver des solutions pour pouvoir continuer de consommer un brin normalement. Ainsi, le digital c’est vu comme une bouée de sauvetage pour nos commerces de proximité et pour les particuliers.

 

Comment le digital booste les commerces de proximité ?

Le digital offre aux petits commerces beaucoup de services et leur permet d’augmenter leur visibilité auprès de leurs clientèles.

Le premier atout de la digitalisation d’une entreprise c’est de dédoubler son activité sur un marché très dynamique, celui du numérique. 

En effet, 16,3 millions de Français ont procédé à des achats en ligne à partir de leur mobile en 2019*. Une entreprise présente digitalement pourra entrer en contact avec sa clientèle et s’engager auprès d’elle en ligne par le biais d’un site web et des réseaux sociaux.

L’entreprise ouvre ainsi ses chakras digitaux et augmente potentiellement son nombre de prospects. C’est donc une porte ouverte à un tout nouveau type de clientèle connecté et sensible au digital. Voire même préférant ce type de canaux pour acheter, consommer, avoir recours au SAV, etc. Il serait donc dommage pour une entreprise de passer à côté de cette opportunité de nouveaux clients. Le challenge étant pour l’entreprise de bien se préparer à accueillir ses clients sur le marché du numérique.

 

Un des autres avantages du digital est le click and collect. Soit la possibilité de faire ses courses en ligne 24h/24 et de sélectionner le point de vente de son choix pour y retirer son panier. En France, le click and collect est pratiqué par de plus en plus d’enseignes. Il devient même nécessaire d’en faire quand cela est pertinent pour son commerce. Puisqu’un commerce concurrent déjà présent digitalement raflera une partie de votre clientèle si cette dernière ne retrouve pas ces avantages du numérique chez vous.

Saviez-vous que l'Etat aide à la transformation digitale des entreprises ?

Ayant compris que la transformation digitale des commerces de proximité était inévitable, l’État œuvre pour aider ces derniers à sauter le pas. Ainsi, un investissement important a été fait afin d’accompagner les entreprises dans le monde du digital.

FranceNum, regroupe toutes les informations sur la transformation digitale à l’intention des entreprises. Notamment le Chèque France Num : subvention forfaitaire de 500 € à faire valoir sur l’achat d’une prestation d’accompagnement à la transformation numérique ou sur l’achat d’une solution pour vendre ou communiquer à distance avec ses clients et pour promouvoir son activité sur internet. (Ce chèque est accessible aux entreprises ayant fait l’objet de fermetures administratives en novembre 2020). Mais aussi des prêts directs à conditions préférentielles et des garanties publiques sur vos prêts bancaires pour vous permettre de débloquer les fonds nécessaires à votre projet de transformation numérique et bien plus encore !

Retrouvez toutes les infos sur le site internet du gouvernenmant : https://www.economie.gouv.fr/plan-de-relance/profils/entreprises/aides-francenum-transformation-numerique

Pensez aux réseaux sociaux !

Etiez-vous au courant que les consommateurs sont 78%** à visiter le magasin physique, parler de la marque et à la recommander,  lorsque ces derniers la suivent sur les réseaux sociaux ?

N’hésitez donc pas à vous servir des réseaux sociaux pour augmenter la visibilité de votre entreprise. Postez des photos et des vidéos et interagissez avec votre communauté.

Les réseaux sociaux permettent d’ouvrir un dialogue entre vous et vos clients. Ils permettent également d’humaniser l’image de votre entreprise en adaptant vos messages en fonction des valeurs que cette dernière véhicule. Ainsi renforcez votre image de marque et restez proches des préoccupations de vos clients sur vos produits. Parlez de la promotion du moment, ou informez de manière exclusive de l’arrivée d’un nouveau produit par exemple. Vos clients ne s’en sentiront que plus privilégiés !

Enfin les réseaux sociaux permettent de récolter des avis sur vos produits. Ceux ci s’avèrent d’excellentes opportunités. Ils vont permettre de faire prendre une décision à un client indécis. Mais également de récolter des informations pour améliorer vos produits et ainsi faire évoluer votre entreprise ! Généralement on aura toujours une préférence pour une entreprise ayant une mine d’avis sur le net plutôt qu’une entreprise fantôme sur la plateforme. D’ailleurs 92% des consommateurs consultent les avis en ligne avant d’acheter. Il faut dire qu’on aime se faire une idée de l’entreprise où on projette de dépenser de l’argent !

Alors… À vous de jouer pour entrer sur le marché digital !

* Fevad Communiqué de presse du 28 Mai 2020

**Les données de l’indice social Sprout 2019

6 astuces pour faire connaissance avec des gens de son quartier !

Faire connaissance avec des gens proche de soi
Faire connaissance avec des gens proche de soi

 

En France, il reste encore difficile d’aborder un inconnu quand bien même celui-ci est son voisin. Nous avons tous des personnes de notre quartier voire même de notre ville que nous croisons régulièrement mais avec qui nous n’avons jamais eu ou très peu d’interactions. Pour pallier ce souci, dans cet article nous allons voir comment faire connaissance avec des gens de son quartier. De sorte à mieux vivre ensemble dans la proximité.

1. Proposer l'apéro !

Une des choses les plus évidentes mais non moins des plus faciles est de proposer l’apéritif chez soi. Alors oui dans l’intention ça a l’air facile et génial. Mais dans les faits, très peu de gens osent vraiment sauter le pas. Inviter des gens chez soi, c’est ouvrir son cocon intime. Généralement, on ne le fait qu’avec les personnes en qui on a réellement confiance. Mais réfléchissons… C’est comme dans tout. On peut facilement “dater” un inconnu qu’on connaît depuis une après-midi sur une application de rencontre. Et pour les plus badass finir le soir même en partie de jambes en l’air (je parle évidemment de cours de gym). Mais lorsqu’il s’agit des voisins, des craintes à lier connaissance font brusquement leurs apparitions. Sautez donc le pas ! Certes, on vous demandera juste de ne pas proposer une partie de cours de gym, évidemment.  Ainsi, au lieu de ne connaître de ses voisins que l’aboiement du chien le dimanche matin. Créez au contraire de beaux souvenirs de voisinage. Un petit geste de convivialité de proximité, et go inviter ses voisins pour l’apéro !

2. Participer à la fête des voisins

Connaissez-vous la fête des voisins ? Cette fête connaît chaque année un succès grandissant. C’est généralement l’occasion d’un agréable repas dans votre quartier. Un bon moyen d’apprendre à connaître dans de bonnes dispositions les gens qui habitent à proximité de chez vous. Pour participer, rien de plus facile ! Il suffit simplement d’apporter de quoi grignoter ou boire comme pour un pique nique mais version XXL ! Il y a de grandes chances pour que la Fête des Voisins soit organisée dans votre immeuble ou dans votre rue. Renseignez-vous et soyez ainsi prêt à faire de nouvelles rencontres enrichissantes et gourmandes. En espérant qu’un chef cuisto’ fasse partie du lot des fêtards entre voisins ! 

Pour plus d’info vous pouvez vous rendre sur le site officiel de la Fête des Voisins et connaître les villes et bailleurs sociaux partenaires.

(www.lafetedesvoisins.fr/)

3. S'inscrire dans des activités de collectivité de sa ville

Rien de mieux que de participer à des activités de collectivité de sa ville pour rencontrer des gens de votre quartier !  Pour ce faire, vous pouvez vous rendre sur le site internet de votre ville et aller dans la rubrique événements ou vie associative de ce dernier. Vous aurez ainsi tous les événements et la liste de toutes les associations à proximité. A vous de vous inscrire en fonction de vos centres d’intérêts. Soyez assuré de cette manière de rencontrer des gens de votre ville. C’est une super occasion de vous faire de nouveaux amis localement !

4. Se donner des petits coups de mains

Dans sa vie quotidienne, on est souvent confronté à des petits tracas. Partir en vacances et devoir laisser son jardin sans arrosage pendant plusieurs jours. Avoir à faire des petits travaux de bricolage mais absolument ne rien y connaître. Et se rendre compte que même les tutos de Valérie Damidot ne vous sont d’aucune utilité Dans ces moments-là, il est temps de demander un petit coup de pouce à ses voisins. Vous pouvez le faire frontalement en sonnant simplement chez votre voisin. Toutefois si ce dernier n’y connait pas grand chose non plus. Proposez-lui de discuter de votre incompétence au bricolage autour d’un verre ! (On plaisante rhoo). Tentez de la faire plutôt en ligne ! Et touchez ainsi un plus grand nombre de personnes susceptibles de vous aider à proximité. Avec l’application Proximapp, vous pouvez soit créer une publication qui sera vue par les personnes à proximité de vous dans un fil d’actualité 100% locale. Ou bien créer une activité “Demander un coup de main” et ainsi être visible sur la carte locale de l’application. N’oubliez pas que ces coups de pouces du quotidien peuvent aussi amener à la création de nouvelles amitiés !

5. Faire du sport avec des gens de votre quartier

Vous souhaitez vous remettre en forme et commencer à faire du sport. Mais vous manquez terriblement de motivation. Faites du sport en groupe avec des habitants à proximité de chez vous ! En effet, s’installer une petite routine sportive entre gens d’un même quartier peut être plus motivant sympa et convivial. Optez pour des randonnées en vélo ou en roller. Un bon moyen pour amoindrir la sensation d’effort en profitant des belles vues de votre ville. Ou alors préférez faire du footing, plus classique, mais efficace pour décrasser les poumons qui manquent un peu d’entrainement ! 

6. Utiliser l'application Proximapp

Sachez qu’avec Proximapp vous avez la possibilité d’échanger et de discuter avec des gens proches de vous. Effectivement, l’application permet de créer et de partager des contenus, de manière anonyme ou non. Entre gens situés dans une même zone géographique, allant de 1 mètre à maximum 50 kilomètres. De plus, vous pouvez postez des stories et être visible plus que jamais par les gens de votre ville ! Créez des groupes et des évènements locaux ! Vide-dressing, apéro-voisins, coup de main, à vous de jouer et de créer votre propre histoire locale ! Bonjour les nouvelles amitiés 🙂

Vous avez maintenant toutes les clés en mains pour faire de multiples connaissances, chaleureuses ou pratiques, avec des gens à proximité de chez vous !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

C’est bientôt la St Valentin ..

C’est bientôt la St Valentin .. Saviez vous qu’un quart des célibataires sont secrètement amoureux de leur voisin(e) ? Et si on vous donnait des tips pour briser la glace ? Ceux qui ont déjà leur moitié et qui ont peur de s’ennuyer !  Pas de panique on a aussi quelques idées pour rendre votre St Valentin confinée un peu plus caliente … 😏 🔥

Et si votre moitié habitait la porte à côté ? Près de 23%* des célibataires aimeraient inviter ou se faire inviter par un(e) voisin(e). Les hommes sont d’ailleurs les plus rêveurs à ce sujet puisque dans une étude précédemment réalisée sur les Français et leurs voisins, 31% (vs. 16% des femmes) déclarent  en effet avoir déjà fantasmé sur son ou sa voisin(e) 😏

Mais alors comment briser la glace pour enfin attirer l’attention du mec ou de la nana d’à côté et qui nous fait tant rêver … 

Jouez la carte du Valentin(e) mystère…

1. Offrez lui une rose

Plantez une graine de mystère directement dans la boite au lettre de votre voisin(e) ! Un peu avant la St Valentin, offrez une rose de manière anonyme à votre voisin(e). Par précaution, on vous conseil quand même de vous assurer que celui ou celle ci soit bien célibataire, histoire d’éviter tout débordement de type, un copain un peu jaloux et aux gros biscotos ou une chérie hystérique qui s’improvisera membre du FBI d’élite et qui vous ne lâchera plus d’une semelle.

Ça y est ? la rose à bien été réceptionnée ? Go pour la partie deux du Valentin(e) mystère.  

2. Ecrivez-lui une lettre

Faites maintenant fleurir des émotions chez votre voisin(e). Ecrivez votre plus belle lettre d’amour, faites votre meilleure déclaration, enflammée ou mystérieuse, au feeling ! Bref, revêtez votre plus belle plume et faites le ou la rêver. ✍

3. Proposez-lui un rendez-vous galant

Une fois sa curiosité suffisamment piquée, proposez-lui un rendez-vous.

Là aussi, évitez le rendez-vous dans un hangar à minuit et demi et à 15 kilomètres de chez lui (elle) ça sonnerait un peu comme un Joe dans la série “You”… On vous déconseille. 

Proposez plutôt un endroit rassurant, connu de votre ville, fréquenté et si possible, en pleine journée !

4. Donnez-lui de quoi vous contacter

Enfin, dans la lettre donnez lui votre numéro de portable, votre Instagram ou votre pseuso Proximapp et demandez lui une confirmation. Si il (elle) répond, bingo ! Si pas de nouvelles… C’est que la photo de profil ne lui a pas plu ! Mais non on blague, hum 😅 .

Bref, ne déprimez pas si vous êtes royalement snobé ! Une St Valentin devant Fortnite ou avec un pot de glace devant Bridget Jones c’est pas si terrible 🍿. Et puis la St Valentin c’est quoi ? Rien de plus qu’une fête commerciale au final… 

Nous on le sait que vous êtes formidable, votre voisin(e) ne sait juste pas ce qu’il (elle) rate 😎

5. Créez un évènement Proximapp

Si vous souhaitez rencontrer du monde, créez des événements locaux Proximapp ! Au moins vous êtes sûr que tout le voisinage sera au courant de votre existence et vous aurez les cartes en mains pour vous faire de nouveaux amis.

Pour ceux qui sont déjà en couple et qui sont déjà saoulés d’être confinés pour la St Valentin, on a des petites idées pour rendre la soirée un petit peu moins ennuyante…

Une St valentin Confiné mais chaude comme la braise…

1. Le dîner aux chandelles

Première étape, préparez un bon dîner aux chandelles.. Alors classique certes, mais indémodable. Le dîner aux chandelles, c’est LA valeur sûr de faire plaisir, parce que le plaisir passe aussi par la bouche, on ne vous apprend rien, hein, bande de petits coquin(e)s 😉

Un dîner aux chandelles avec deux coupes de jus de pomme… 😶

Voici une petite recette (aphrodisiaque), simple et efficace pour éveiller les papilles gustatives de votre Dulcinée ou de votre Jules… 

♥ Des tagliatelles carottes sautées aux épices

Nombre de personnes4 PERSONNES Temps de cuisson15 MIN.

Ingrédients INGRÉDIENTS :

carottes

piments verts épépinés et hachés

1 cuillère(s) à café de coriandre moulue

1 cuillère(s) à café de graines de cumin

1 cuillère(s) à soupe d’aneth haché

1 pincée de curcuma

2 cuillère(s) à café de gingembre haché menu

4 cuillère(s) à soupe d’huile d’arachide

sel

IngrédientsPRÉPARATION :

– Pelez et coupez en très fines lanières les carottes. Faites-les blanchir 2 mn dans l’eau bouillante salée. Refroidissez aussitôt.

– Dans un wok ou une sauteuse, chauffez l’huile avec le cumin à feu moyen. Ajoutez le gingembre, les piments verts, puis les carottes, la coriandre et le curcuma. Assaisonnez et laissez cuire 2 mn en remuant. Retirez les carottes avec une écumoire, disposez-les dans un plat chaud. Décorez avec quelques brins d’aneth. Servez aussitôt.

Astuce : Cette entrée très goûteuse peut devenir un accompagnement pour les non-végétariens, servie avec un rôti de veau ou une volaille.

Source Elle : Carottes sautées aux épices

2. Un Spa à la maison

Une fois le dîner préparé… Créez une ambiance spa chez vous et faites place à une ambiance humide et chaleureuse .. Si, si c’est possible, on vous dit tout… 

Gardez l’ambiance tamisée du dîner aux chandelles, ajoutez quelques bougies parfumées pour sensibiliser tous les sens de votre partenaire. 

En fond, mettez votre meilleure playlist de sons un peu romantiques … Selon vos goûts du violon, du piano, du saxophone ou de la house 🤯. L’important c’est que la musique corresponde pour vous, à un moment de détente.

Préparez votre “matériel” de détente spa, gommage doux au sucre, pierres chaudes, bain de vapeur et si vous n’avez rien de cela. Une simple huile de massage et quelques gouttes d’huile essentielle de Bois de rose seront parfait pour un massage contre les états de tension nerveuse, de surmenage, et d’anxiété. 

Déposez un drap ou une serviette sur votre lit et à vous de jouer ! Chouchoutez-vous chacun votre tour et profitez de ce moment extra cocooning à deux 🛀.

3. A vous de jouer … (on va pas non plus tout vous dire)

Enfin, pour la suite de la soirée on vous laisse gérer… Douche, bain, ou autre 🤫 place à votre imagination et bonne St Valentin ! 

*(Sondage réalisé en ligne par Harris Interactive du 12 au 14 janvier 2016, auprès d’un échantillon de 1001 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, région et catégorie socioprofessionnelle de l’interviewé(e))

Un potager au coin de votre rue, ça vous dit ? #lepotagerurbain avec Proximapp

Un rêve possible et accessible à tous

Cultiver ses légumes près de chez soi, c’est le rêve non ? On y a presque tous pensés ! Mais comment y parvenir réellement ? Y’a-t-il des démarches administratives à entreprendre ? Cela nécessite-t-il forcement de grands moyens ? Nous allons répondre à toutes vos questions

Les premières étapes !

D’abord, il faut trouver un lieu adéquat, tout terrain ayant une superficie minimale de 200 mest suffisant. Par ailleurs, le terrain choisi doit être facile d’accès pour un transport optimal des outils.

Lors du choix du lieu, il faut également tenir compte de certains paramètres essentiels. Ces derniers sont d’ordres administratifs et physiques. Les démarches administratives sont impératives avec entre autres : l’obtention d’une permission de la part du propriétaire du terrain ou de la mairie et la vérification de l’exploitabilité du terrain. Les éléments physiques quant à eux incluent : la qualité de la terre en termes de possibilités de culture et de limites, la proximité avec les habitations, la qualité de l’ensoleillement ou encore la proximité avec les points d’eau.

Proxima / permaculture

Certains propriétaires proposent leurs parcelles contre une participation symbolique ou juste l’entretien de la parcelle. Pour connaitre les diverses opportunités disponibles près de chez vous, la meilleure option est de vous renseigner auprès de votre municipalité.

L’objectif étant aussi de créer du lien social, la formation d’un groupe est en général à partir de 10 personnes, le jardin pourra être alors géré sous le statut d’association. Afin de trouver les membres souhaitant adhérer à votre groupe, diverses techniques s’offrent à vous. Vous pouvez opter pour le porte-à-porte, les affiches dans votre voisinage, les réseaux sociaux et/ou des animations sur les places de marché ou lors d’une fête dans le quartier.

Une fois le groupe créé, il est important de tenir des réunions afin d’impliquer chaque membre depuis le début de l’aventure. Lors des premières réunions, tous les points importants à la mise en place du potager doivent être abordés. Ces points sont : le budget, le type de cultures, les techniques, la gestion de l’eau ainsi que l’organisation. Dès que ces points sont mis au clair, il faut attribuer à chacun des membres, des tâches précises.

Des légumes qui poussent en ville.. C’est possible ?

En ville, il est plus aisé de réaliser des jardins sur dalles à cause du manque d’espace. On en distingue deux types : les jardins établis sur des ouvrages souterrains (parcs de stationnement, voies express, etc.) ; les jardins installés sur un sol artificiel à un niveau supérieur à celui du sol, avec des contraintes limitant l’épaisseur de la terre ou du substrat. Dans ce dernier cas, il est possible d’établir un classement de ces jardins en tenant compte de leur utilisation, de leur rôle et de la végétation installée.

Ces aménagements peuvent être regroupés selon trois types de végétalisation caractérisés principalement par leurs exigences en entretien et leur poids au mètre carré. Ces deux paramètres conditionnent à leur tour le choix des végétaux, l’épaisseur et la nature du substrat.
On note ainsi trois sortes de végétalisations :

  • végétalisation intensive : jardins composés d’arbres, d’arbustes et de fleurs, et certaines infrastructures minérales (jardinières, pergolas, bassins…) ;

  • végétalisation semi-intensive : jardins composés d’herbes, de plantes vivaces et des petits arbustes ;

  • végétalisation extensive : jardins composés de mousses, de plantations basses annuelles ; on parle de toiture-terrasse ou végétalisation de toits.

Beaucoup de surfaces en ville sont minérales, c’est-à-dire composées de béton ou de bois. Il faut donc trouver des systèmes de culture permettant de cultiver ces surfaces hors-sol. La solution la plus simple techniquement est la culture en bac. Il est possible de planter tout type d’arbres et d’arbustes, il suffit d’adapter le contenant au végétal.

Il faut prendre en considération quelques éléments qui diffèrent de la culture en pleine terre : le milieu écologique est confiné : ceci limite la biodiversité du sol, il y a par exemple de nombreuses espèces de lombrics qui n’ont pas la capacité de vivre dans de si petits volumes ; de même, les racines ont peu d’espace pour se développer, il faut donc que le substrat soit de meilleure qualité pour que les plantes aient accès à la nourriture dont elles ont besoin ; la terre s’assèche beaucoup plus rapidement et est donc beaucoup plus fragile, contrairement à un sol de jardin où seule la couche superficielle peut s’assécher en général ; la menace de gel est plus élevée du fait du faible volume.

Cultiver sur bottes de paille, la bonne pratique pour un jardin urbain ?

Botte de paille / Culture de fraises

De plus en plus à la mode, cette technique a l’avantage d’élaborer un jardin rapidement avec une mise en oeuvre simple et très économique.
Les brins de paille agissent comme des éponges, mais ils ne nourrissent les plantes qu’après un stade avancé de compostage. Les tubes formés retiennent l’eau et les nutriments par capillarité.
On y ajoute des nutriments sous forme de compost ou matière azoté dans lesquels les racines des plantes vont se développer.

Les avantages de ce type de cultures sont :

  • le coût (3 à 5 € par bottes) ;
  • le taux d’herbes sauvages assez faibles car il n’y a pas ou peu de graines présentes dans les bottes ;
  • ergonomie (ce type de culture est idéale pour les personnes handicapées ou avec des difficultés physique car il n’y a ni à se baisser, ni à travailler le sol) ;
  • idéal pour terrains pollués en métaux lourds ou hydrocarbures car il n’y a aucun contact avec le sol environnant, c’est une culture hors-sol ;
  • simplicité de mise en oeuvre (légèreté du matériaux, simplicité technique).

On note cependant un inconvénient : les bottes de paille vont malheureusement se dégrader deux ans après leur mise en place, il faudra donc les remplacer pour une nouvelle culture.
Les bottes permettent surtout d’accueillir les légumes annuels qui se récolte dans l’année ou l’année suivante : haricots, pois, courges, salades, etc.

Alors prêt à planter dans votre quartier ? 

Sources : 

https://yoojo.fr/services/jardinage  

https://www.lovethegarden.com/fr-fr/article/mon-premier-potager

Les dérives des réseaux sociaux

Contre le cyber hacèlement

Nous savons tous à quel point les réseaux sociaux peuvent malheureusement devenir le masque anonymisant de certains trublions, qui s’autorisent par cela, toutes les gravelures les plus sournoises à l’encontre d’autres internautes. On appel ça, le Cyber harcèlement. Je vous partage donc un article qui vient ternir malheureusement la plupart de nos outils de communication… Restons donc toujours en garde contre ces faits.

Bénédicte Flye Sainte Marie nous dit dans un livre qu’elle à publié sur les dérives des réseaux sociaux qui s’appel “Les 7 péchés capitaux des réseaux sociaux” cette phrase : “Je suis convaincue que ce déversement est facilité par l’absence de prise de risque liée à l’impression de distance qu’introduit l’espace virtuel par rapport aux cibles visées.”

Avec Proximapp, le nouveau réseau social de proximité, cette facilité à l’insulte est freinée. En effet, la proximité géographique des utilisateurs casse cette impression de distance. Aussi, pour éviter au maximum ces dérives, le réseau social de proximité à été développé avec une possibilité de signalement efficace sur toutes les publications. Tout ceci afin de pouvoir contrer ces abus virtuels.